Bâtir sur le fondement de Jésus-Christ

Dans la région où j’ai vécu pendant plusieurs années, il y avait de fréquentes offres de service concernant la réparation de fondations. Cette région était assise sur une terre principalement constituée de glaise, une sorte de terre qui, avec le temps, avait tendance à se fissurer et à bouger. Cela provoquait des dégâts à la structure des édifices. Parfois, de tels dommages sont mineurs, parfois ils sont majeurs, mais aucune structure ne peut être plus solide et stable que la fondation sur laquelle elle est bâtie.

Lorsque la fondation d’un édifice bouge, les autres parties de l’édifice bougent aussi. Dans certains cas, il peut s’agir de fines fissures qui apparaissent sur les murs ou au plafond. Dans d’autres cas, s’il s’agit d’un déplacement majeur, le plancher peut présenter une déclivité importante, et les portes peuvent devenir difficiles à ouvrir et à fermer. Les problèmes causés par une fondation imparfaite sont multiples et peuvent être très sérieux.

Cela n’est pas seulement vrai pour les maisons et les bâtiments, mais aussi dans notre vie ! Sur quelle fondation votre vie est-elle bâtie ? Est-elle solide ? Pouvez-vous dire que cette fondation ne se fissurera jamais ? Nous avons tous connu et aimé des gens dont la vie a dramatiquement changé – et dans certain cas, elle s’est même brisée. Comment pouvez-vous vous assurer qu’une telle chose ne vous arrive jamais ?

Jésus de Nazareth a grandi en apprenant le métier de Joseph, le métier de charpentier. Il avait appris comment bâtir des structures stables et solides. De temps à autre, au cours de Son ministère, Jésus utilisa dans Ses paraboles des analogies provenant de la construction. Nous en trouvons un exemple dans Matthieu 7 : 24-27, où Il décrit deux hommes bâtissant sur des fondements bien différents. L’un bâtit sur le sable, tandis que l’autre bâtit sur le roc. A première vue, les deux maisons étaient très belles. Mais lorsqu’une violente tempête s’éleva, l’une résista, tandis que l’autre s’effondra. Le Christ utilisa cette parabole pour nous enseigner qu’une vie bâtie sur un fondement solide est une vie basée sur l’obéissance à Ses enseignements. L’obéissance à Dieu est la seule façon de résister aux tempêtes de la vie.

La Bible nous dit que Jésus-Christ doit être notre fondement. Il est le Rocher sur lequel l’Eglise même est bâtie (Matthieu 16 :18). Cela signifie que la véritable Eglise pratique et enseigne ce que le Christ pratiqua et enseigna Lui-même. D’ailleurs, le Christ doit être le fondement personnel sur lequel chacun d’entre nous bâtit sa vie. Que signifie cela, au juste ? Comment pouvons-nous mettre en pratique ces instructions ?

Dans sa lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul insiste sur le fait qu’il prêche « Christ crucifié », scandale pour les Juifs et folie pour les Grecs (1 Corinthiens 1 :22-23). Les Juifs attendaient un grand signe miraculeux provenant des cieux, alors que les Grecs voulaient que tout soit logique et rationnel. Un Messie qui avait souffert et qui était mort était une pierre d’achoppement pour les Juifs, car ils attendaient un Messie qui aurait « impressionné et forcé le respect des païens ». Pour les Grecs, un Sauveur qui souffre n’avait aucun sens. Ils n’y voyaient aucune logique. Ils avaient tous leurs propres attentes, et le plan divin ne répondait pas à leurs idées préconçues.

Le message de l’apôtre Paul mettait l’accent sur des choses bien différentes auxquelles ces groupes s’attendaient. Il leur expliqua : « Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (1 Corinthiens 2 :2). L’ensemble du message de Paul était centré sur Jésus-Christ – pas simplement sur la personne du Christ – sur l’exemple et le message du Christ ! L’apôtre Paul dit aux Corinthiens : « Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu. Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ » (1 Corinthiens 3 :9-11).

L’apôtre Paul déclare que Jésus-Christ est le seul fondement possible. Est-Il le fondement de votre vie ? Comment pouvez-vous en être certain ? S’Il ne l’est pas, alors tout ce que vous bâtirez finira par s’écrouler et tomber en morceaux, car il n’y a aucune autre fondation fiable. Souvenez-vous ce que Jésus Lui-même a expliqué : pour bâtir sur le roc, nous devons, non seulement écouter Ses enseignements, mais aussi les mettre en pratique dans notre vie (Matthieu 7 :24). A quoi ressemble une vie qui repose sur Jésus-Christ ? Comment avoir cette vie ?

Une vie de soumission

En tout premier lieu, une vie qui repose sur le fondement de Jésus-Christ est une vie de soumission. Aucune vie fondée sur l’entêtement ne peut être un succès spirituel. Jésus déclara : « Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » (Jean 6 :38).

Renoncer à notre entêtement est probablement la tâche la plus difficile à accomplir. Humainement, nous voulons tous suivre notre propre voie ! La crainte est un élément majeur qui fait que nous comptons plus sur nous-mêmes que sur Dieu, parce que nous ne savons pas exactement quelle est Sa volonté. C’est pourquoi, nous avons tendance à nous protéger contre ce que nous percevons comme une menace ou une perte.

Jésus compara plusieurs chefs religieux de Son temps à des enfants jouant sur la place publique. Ils étaient très frustrés, car Jean-Baptiste, puis Jésus Lui-même, ne dansaient pas sur leur musique (Matthieu 11 :16-19). Bien que Jean fût le premier prophète de Dieu depuis plus de quatre siècles, et que Jésus Lui-même fût le Messie, ni l’un ni l’autre ne se conformèrent aux attentes de ces chefs religieux. Il en résulta que la plupart de ces chefs rejetèrent les véritables serviteurs de Dieu. Les chefs religieux, à l’époque du Christ, n’étaient pas entièrement soumis à la volonté divine ; ils voulaient que les choses se fassent à leur façon.

Le récit le plus puissant, illustrant la soumission, est probablement celui de Jésus priant Son Père juste, avant Son arrestation et Sa crucifixion. Peu après le repas de la Pâque, alors que Jésus arrivait au jardin de Gethsémané avec Ses disciples, l’horreur de ce qui L’attendait Lui parut trop grand à supporter. Il alla alors à l’écart des disciples, à une certaine distance, et S’adressa à Son Père, dans une prière d’agonie. Il pria avec une telle intensité que sa sueur devint comme des grumeaux de sang. Il cria au Père « que cette coupe s’éloigne de moi », s’il y avait une autre façon d’accomplir le plan divin. « Toutefois, déclara-t-il, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux » (Matthieu 26 :36-39). Jésus-Christ enfouit complètement le moindre soupçon d’entêtement, et Se soumit inconditionnellement à la volonté de Dieu. Une vie bâtie sur le fondement de Jésus-Christ ne peut être qu’une vie de soumission !

Une vie consacrée

« Consacrer » signifie mettre à part pour un service divin. La consécration était un concept fréquemment utilisé dans l’Ancien Testament pour décrire quelque chose qui appartenait à Dieu ou qui Lui était dédié. Les offrandes, les dîmes et même la tribu de Lévi étaient « consacrées » ou dédiées à Dieu, et pour Son usage. Quand Israël entra dans la Terre promise, toute la ville de Jéricho – représentant les prémices de la conquête d’Israël – fut consacrée à Dieu. C’était quelque chose de très sérieux. Quand Acan prit secrètement de l’argent, de l’or et des vêtements, il attira la malédiction divine sur le peuple entier. Acan avait pris pour lui des choses qui étaient consacrées à Dieu.

Jésus-Christ consacra complètement Sa vie à Dieu. Dans Jean 4, on peut lire que Jésus et les disciples voyageaient de la Judée en Galilée et s’arrêtèrent en chemin, en Samarie. Pendant que Ses disciples étaient partis en ville pour acheter de la nourriture, Jésus attendait près du puits. Lorsque Ses disciples revinrent, une foule s’était réunie autour de Jésus qui expliquait le plan divin et son but. Impatients de commencer leur repas, les disciples pressèrent le Christ de manger : « J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas », leur dit-Il. Intrigués de savoir où Il avait obtenu cette nourriture, ils commencèrent à discuter ensemble. Jésus, réalisant qu’ils n’avaient pas compris, leur expliqua : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre » (Jean 4 :34).

Pour les disciples, la vie se limitait d’une façon générale aux choses physiques. Jésus-Christ, quant à Lui, vivait Sa vie pour plaire au Père, et pour achever le travail spirituel qui Lui avait été donné de faire. Sa vie tout entière fut consacrée à Dieu et à Son service. Donc une vie basée sur le fondement de Jésus-Christ est une vie de consécration.

Que signifie cela pour nous ? Il est certain que le Christ accomplissait les actes normaux de la vie quotidienne. Il fut éduqué (Luc 2 :52), puis, avant le début de Son ministère, Il travailla comme charpentier (Marc 6 :3) et Il trouva le temps de participer à des événements sociaux (Jean 2 :1-2). Malgré cela, dès Son plus jeune âge, Il était profondément conscient qu’Il devait prendre soin des affaires de Son Père (Luc 2 :49). Jésus mettait la priorité sur l’accomplissement du but que Dieu Lui avait fixé.


Je partage


Mots clés

Christ crucifié consécration humilité obéissance service soumission

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci