crucifixion

Jésus-Christ a subi la crucifixion pour toi

Dieu a payé un prix fort pour le pardon des péchés de l’humanité, celui de la crucifixion de Jésus-Christ.

1 Pierre 2. 24: « Il a pris nos péchés sur lui et les a portés dans son corps, sur la croix, afin qu’étant morts pour le péché, nous menions une vie juste. Oui, c’est par ses blessures que vous avez été guéris. »

Ce texte de 1 Pierre 2. 24 met bien en avant la souffrance de Christ en citant le texte d’Ésaïe 53: “c’est par ses blessures que vous avez été guéris”. En effet, le Christ a été réellement blessé. Ce n’est pas juste une image, mais une réalité. Pour le comprendre il serait intéressant de rentrer dans l’histoire romaine à l’époque de Jésus, afin de comprendre comment se passait la crucifixion.

La crucifixion de Jésus-Christ

Avant la crucifixion venait la flagellation, qui était un préalable juridique à toute exécution romaine. La personne à crucifier était alors fouettée jusqu’au sang. L’instrument habituel était un fouet court (flagellum) avec plusieurs lanières de cuir de longueurs variables. Dans ces lanières, on attachait aussi, à intervalles réguliers, de petites boules de fer ou des os tranchants de mouton. Les mains étaient attachées à un poteau vertical. Le dos, les fesses et les jambes étaient fouettés soit par deux soldats qui alternent les positions ou par une personne. La flagellation avait pour but d’affaiblir la victime dans un état proche de l’effondrement ou de la mort. Il faut relever que, compte tenu de l’instrument de flagellation, chaque coup creusait la peau et laissait une blessure profonde dans la chair. Après cette phase de flagellation, venait la phase de crucifixion proprement dite. La crucifixion était une peine capitale qui avait pour but de provoquer une mort lente avec douleur et souffrances maximales. Cette méthode d’exécution était l’une des méthodes les plus cruelles de l’époque romaine.

Dieu est venu en Jésus Christ sur la terre subir cette cruauté jusqu’à la mort sur la croix, afin d’accomplir la justice de Dieu (celle de punir d’une mort éternelle l’âme qui pèche). En souffrant et en mourant à la croix, Jésus subissait ainsi une fois pour toute cette condamnation de Dieu sur l’âme qui pèche.

 

Lire aussi: Le salut de la croix et le péché

 

Romains 3. 25-26 (version Semeur): « C’est lui que Dieu a offert comme une victime destinée à expier les péchés, pour ceux qui croient en son sacrifice. Ce sacrifice montre la justice de Dieu qui a pu laisser impunis les péchés commis autrefois, au temps de sa patience. Ce sacrifice montre aussi la justice de Dieu dans le temps présent, car il lui permet d’être juste tout en déclarant juste celui qui croit en Jésus. »

1 Jean 4.10 (version Semeur): « Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés ; aussi a-t-il envoyé son Fils pour apaiser, par son sacrifice pour nos péchés, sa colère contre nous. »

Par amour pour l’Homme Jésus Christ a subi la mort de la croix afin de réconcilié l’Homme avec Dieu en obtenant son pardon et sa justification.

2 Corinthiens 5. 21 (version Semeur): « Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l’union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu. »

Après la crucifixion, Christ n’est pas seulement mort, mais il est ressuscité.

La résurrection de Jésus Christ marque la victoire sur le péché, la mort et l’enfer.

1 Corinthiens 15. 55-57. Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, où est ton aiguillon ?
L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi.
Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ !

C’est sur le socle de la résurrection que le plan complet du pardon de Dieu repose. Le pardon de Dieu pour le pécheur n’a été possible que par la mort et la résurrection de Christ.

Romains 4. 25: « Lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. »

Par la résurrection de Jésus, le croyant a l’espérance qu’il ressuscitera lui aussi pour vivre pour l’éternité dans la présence de Christ et ne connaîtra pas la mort éternelle (l’enfer).

Jean 11. 25-26: « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ;et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. »

Face à un si grand amour de Dieu, manifesté par le sacrifice suprême et la résurrection de Jésus, toi qui lis cet article et qui n’a pas encore fait le choix d’accepter l’amour de Dieu pour toi, je t’encourage à le faire. C’est le seul gage qui rétablira une relation brisée entre Dieu et toi à cause du péché. Cette relation commence dès le moment de ton choix à croire en la mort et la résurrection de Jésus Christ, et continue jusque dans l’éternité, dans le paradis de Dieu.

Références:
https://www.godandscience.org/apologetics/deathjesus.pdf
John MacArthur. Les épîtres de Paul, commentaire sur le nouveau testament pp. 717-726


Je partage


Mots clés

Amour Jésus-Christ justification pardon péché repentance salut

Merci de laisser un commentaire

()

Articles similaires

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci