Exerce-toi à la piété

Repousse les contes profanes et absurdes. Exerce-toi à la piété ; car l’exercice corporel est utile à peu de chose, tandis que la piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. 1 Timothée 4/7-8

Plus d’une fois Paul exhorte Timothée à ne pas s’attarder sur les fables, à ne pas s’attacher à des fables et à des généalogies sans fin (1 Timothée 1/4), éviter les discours vains et profanes (1 Timothée 6/20), repousser les discussions folles et inutiles (2 Timothée 2/23). La même mise en garde est adressée à Tite. Paul lui demande de dire aux membres de l’Église de ne pas s’attacher à des fables judaïques et à des commandements d’hommes (Tite 1. 14), d’éviter les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi (Tite 3/9). La Parole nous souligne la vanité de tout cela et l’éloignement de la vérité que ces discussions produisent. Faut-il ou non donner la dîme ? Peut-on perdre ou pas son salut ? Sommes-nous prédestinés au salut ou la perdition ? etc. Les chrétiens peuvent passer des heures à en discuter, chacun mettant en avant ses connaissances bibliques et historiques. Mais tout cela ne contribue pas à améliorer notre communion avec Dieu. Ces disputes tendent à exalter l’homme, sa connaissance, son savoir. Elles le rendent orgueilleux, et l’éloignent donc de la vérité.

Au lieu donc de se livrer à cela l’on doit au contraire se consacrer à l’exercice de la piété, c’est-à-dire l’attachement à Dieu, à sa Parole. Avant de nous livrer à ce genre d’exercice, sommes-nous fidèles à la méditation quotidienne de la Bible ? Qu’en est-il de notre vie de prière ? Avons-nous déjà expérimenté totalement la victoire sur le péché ? Avons-nous déjà parlé de Jésus-Christ à notre voisin ? Voilà autant de sujets sur lesquels les chrétiens devraient s’encourager les uns les autres lorsqu’ils se rencontrent.

À la piété est attachée la promesse du bonheur. Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! (Luc 11/28). Chaque jour qui passe, notre désir doit être de chercher à plaire au Seigneur, par la foi et l’obéissance, au lieu de s’attarder sur des discussions inutiles.

Le bonheur est pour ceux qui craignent Dieu, parce qu’ils ont de la crainte devant lui (Ecclésiaste 8/12).

Ultime Choix