sacrifice-parfait

Un sacrifice parfait

« Tu n’offriras en sacrifice à l’Eternel, ton Dieu, ni bœuf, ni agneau qui ait quelque défaut ou difformité ; car ce serait en abomination à l’Eternel, ton Dieu. » Deutéronome 17. 1

Le Seigneur exigeait des Israélites des offrandes parfaites, sans tâche ni défaut, faute de quoi leur offrande n’était pas agréée. Bien que ces sacrifices n’offraient que la pureté de la chair (Hébreux 9. 13), il fallait qu’ils soient irréprochables pour satisfaire les standards du Seigneur.

Ensuite, pour obtenir du Seigneur la pureté totale, il a fallu un autre sacrifice d’une pureté parfaite, et il ne fut trouvé qu’en Christ seul. Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux (Hébreux 7. 26). Par amour pour l’homme malheureux et destiné à la perdition, il a fait le choix de s’humilier, il s’est volontairement fait pauvre, de riche qu’il était, afin que par sa pauvreté vous fussiez enrichis (2 Corinthiens 8. 9). Maintes fois il a été tenté, mais s’il avait succombé une seule fois, alors son sacrifice n’aurait plus eu aucune valeur.

En réponse à cet amour, qu’est-ce que nous offrons au Seigneur ? Occupe-t-il réellement la première place dans notre vie ? Respectons-nous toujours notre vœu de nous consacrer entièrement à lui ? Avant de répondre ‘oui’, regardons si c’est réellement le cas en pratique. Est-il en tous temps (ou la plupart du temps) le Seigneur de nos pensées, c’est-à-dire est-ce que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange est l’objet de nos pensées (Philippiens 4. 8) ? Peut-on dire avec David Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux (Psaumes 101. 3) et le respecter alors que nous regardons la télévision ou surfons sur internet ? Ou encore dire avec Paul Je fais tout à cause de l’Évangile (1 Corinthiens 9. 23) ? Quelques fois on peut être tenté de ‘faire une pause’ dans le service du Seigneur, se donner le droit de faire quelque chose qui plaît à notre chair ou d’adopter un comportement conforme au monde. Mais nous devons au contraire ne prendre aucun repos pour ce qui est de plaire au Seigneur.

Se consacrer au Seigneur est une décision que l’on prend, et qui doit se traduire dans les actes quotidiens. Le standard du Seigneur c’est la consécration totale et non partielle, la perfection. Et il en a été lui-même l’exemple. De même, nous devons nous efforcer de garder le commandement, et de vivre sans tache, sans reproche, jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus Christ (1 Timothée 6. 13-14) ; nous appliquer à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix (2 Pierre 3. 14). Si le Seigneur nous le demande, cela veut dire que c’est tout à fait possible, et il n’attend pas moins de nous. Puisse notre défi être réellement d’être tout entier au Seigneur, sans tolérance aucune à la désobéissance.

Ultime Choix

Article de:


Merci de laisser un commentaire

()

x

Lettre d'information ultimechoix Besoin de paroles inspirantes et bénissantes? Inscris-toi à notre infolettre.

Non, merci